Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par Michel Bouffioux

Par Michel Bouffioux, journaliste (Paris Match Belgique)

 

Michel Bouffioux

Michel Bouffioux

Une enquête publiée dans l'hebdomadaire Paris Match Belgique, le 22 mars 2018. Pour lire l'intégralité de ce texte, cliquer ici.

Dans une boîte qui se trouve à l’Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique repose le crâne de Lusinga lwa Ng'ombe. Le 4 décembre 1884, ce puissant chef qui vivait dans la région du lac Tanganyika eut la tête coupée lors d’une expédition punitive commanditée par Emile Storms. Ce militaire belge, autrefois décoré, aujourd’hui oublié, dirigeait la 4ème expédition de l’Association Internationale Africaine. Alors qu’ils sont toujours conservés en Belgique, ces restes humains invitent à un travail de mémoire sur des crimes qui ont été commis au nom de la « civilisation » dans les premiers temps de la colonisation. Ils questionnent aussi notre présent. Peut-on se contenter de cette muette solution de « stockage » ? Le « butin » de Storms fut aussi constitué d’autres crânes, mais encore de plusieurs statuettes qui font partie des collections du Musée Royal de l’Afrique centrale à Tervuren…

Le crâne de Lusinga lwa Ng'ombe est consérvé, sans être exposé, à l'Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique. (Photo : Ronald Dersin)

Le crâne de Lusinga lwa Ng'ombe est consérvé, sans être exposé, à l'Institut Royal des Sciences naturelles de Belgique. (Photo : Ronald Dersin)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article